Publié le par

Indonésie

Cap sur mon plus beau souvenir d’Indonésie, l’ascension du mont Agung à Bali !

C’est sur Koh Tao en Thaïlande que je me suis découvert une passion pour la randonnée. Oui, sur l’île mondialement connue pour être un spot de plongée et l’endroit le moins cher pour y passer des diplômes, de l’open water au dive master. J’ai tout fait à l’envers !

Depuis ce jour, je cherche davantage des sites de trekking et des montagnes que des temples ou de l’artisanat. Et en Indonésie, des montagnes, il y en a ! Mon choix s’est alors porté sur la plus haute et la plus difficile d’accès parmi les deux présentes à l’est de Bali que l’on retrouve dans toutes les agences de voyage, deux volcans sacrés, le volcan Batur et le volcan Agung.

Le mont Batur culmine à 1717m tandis que le mont Agung s’élève jusqu’à 3140m.

Je ne l’ai pas trouvé excessivement dur, mais chacun a une condition physique et une sensibilité différente, je conseille donc de bien se renseigner avant, pas comme moi !

A l’agence, on parle d’une ascension de 2h environ. Puis au bout d’1h de montée, notre guide nous apprend que la montée prend 4h en moyenne donc un trek non pas de 4h mais bien de 8h, et ce n’est pas tout à fait une ballade champêtre… de nuit, avec le vent qui souffle et toute une deuxième partie qui relève plus de l’escalade, c’est assez impressionnant, mais ce que j’ai vu arrivé là-haut restera gravé à jamais !

Je pense qu’il y a toujours une activité qui vous parlera plus que les autres, qui permette de se ressourcer. Qu’il s’agisse de grimper un volcan, travailler dans une ferme, faire de la plongée ou méditer dans un temple. Moi, c’est assurément la randonnée et la nature qui se déploie devant moi !

Ps – Il n’est pas nécessaire d’avoir une condition physique à toute épreuve, ni d’être particulièrement équipée pour le mont Agung. Néanmoins, prévoir de quoi se protéger du froid pour le dernier tiers de l’ascension.

<